top of page

Survie Jungle au Tchad

Le concept de formation en secourisme de l'avant et en médicalisation en milieu isolé (MMI) a été introduit dans un parc au Tchad, où 29 diplômés ont acquis des compétences inestimables.



Le 11 février, les formateurs se sont rendus à l'aéroport avec des kits médicaux remplis de garrots tourniquet, de kits perf, de sutures, entre autres fournitures. La formation a été intense, avec 13 stagiaires écogardes et policiers pour le Secourisme de l'Avant sur 5 jours, puis le MMI sur 7 jours avec 16 stagiaires composés de cadres et d'infirmiers locaux.


Ensuite, nous enchaînons avec le MMI sur 7 jours et 16 stagiaires composés de cadres et infirmiers locaux. Avec Yann, nous sommes en complète symbiose, le rythme, les scénarios et la mise en ambiance. Nous voulons que les formations se passent dans la bonne humeur et les rires avec des jeux mais aussi quelques poussés de stress dans des conditions réalistes, pour que les gens apprennent les bons gestes et les protocoles.


Binder Léré


Nous avons préparé pour l'infirmerie du parc les kits complets et les protocoles simplifiés à afficher, afin de garantir une réponse rapide en cas d'urgence.


Nous voulons que lorsque nous laisserons nos amis, ils puissent démarrer la machine de secours en un claquement de doigt. Nous avons été très bien accueillis et nous avons parcouru les pistes de Ndjamena à Binder Léré pendant 10 heures, Yann s'amusant à les baptiser au passage, la piste Orangina, la piste Pepsi.. Ca secoue!

Nous avons fait connaissance avec le paysage et ses habitants, rencontrant de merveilleuses personnes et des dromadaires.

Nous avons senti une bonne cohésion dans l'équipe du parc, bien organisée et gérée par Marcel, le directeur, avec qui nous avons eu un très bon accueil. Le Capi, Daniel, le responsable LAB, est adorable et adoré par la population, tout comme Patrice, le responsable Log, unique de par son caractère très cool et disponible. Nous avons tout de suite aimé cette équipe.


Secourisme de l'Avant


La tension est palpable, les éco gardes sont sur le qui-vive, prêts à affronter toutes les situations. Les exercices s'enchaînent, de l'extraction de blessés sous le feu aux techniques d'action immédiate, en passant par les premiers soins pour toutes sortes de blessures et maladies, hémorragies, plaies thoraciques, abdominales, brancardages, brûlures, pathologies endémiques, faune flore etc


Les stagiaires sont mis à rude épreuve, mais leur détermination ne faiblit pas. Les jours passent et les connaissances s'accumulent, les scénarios de plus en plus complexes sont gérés avec brio. Chacun doit être prêt à agir instantanément. Le moment de vérité arrive enfin : 13 sur 14 ont réussi leur examen.

Mais pour le candidat malheureux, c'est un nouvel obstacle à surmonter, il devra repasser son SA....


Nous avons 2 jours pour préparer le MMI, nous passons au niveau supérieur, ça va perfuser, suturer apprendre à gérer une infirmerie etc, en attendant, le staff a la gentillesse de nous faire visiter une cascade de la région, située au sein de magnifiques paysages, nous avons la chance au passage de rencontrer BABOU, cet éléphant solitaire...que c’est beau, merci, nous sommes touchés par cet accueil..

Médic en Milieux Isolés


Jour 1 , MMI, l’assemblé est là, les grands yeux ouverts, ils avaient déjà entendu parler de la formation SA que nous venions tout juste de finir, ils attendaient cette suite, ils savaient que nous passions au niveau supérieur.. Ce fut le cas.. 9h de cours par jour, de pratiques, toujours à l’extérieur, les simulations s’enchainent : « un blessé de l’avant arrive !! » Les éco gardes arrivent avec le blessé dans un brancard de fortune, les soins SA ont été appliqués, au tour des MMI de gérer la suite : bilan total, décision de perfusion, changement des bandages, conversion du garrot ? A quelle heure a-t-il été posé ? " Un bus s’est renversé!" , triage de blessés ! soins pour les plus urgent ! Pose de perfusion et maintient en survie.., le coup de chaud est là, Les fiches bilan sont renseignées, l’Evasan est demandée pour certains et pour d’autres, les traumatismes osseux sont gérés, les luxations aussi, reste à suturer.. que faire de cette personne en post traumatique ? Un stagiaire s’y colle..

Réponse au message Evasan, il va falloir déplacer les blessés : ni une ni deux, construction de brancards, les blessés y sont placés avec leur perfusion, une équipe a placé une tyrolienne au-dessus du fossé, passage du brancard sur la tyrolienne, tout le monde passe ensuite et, après un long parcours, tout en gérant les blessés, ils arrivent au point de rendez vous.. 16 diplômés sur 16, excellent travail, ils ont bien appliqué la devises du MMI et SA : « La sueur épargne le sang ».


Merci à tous, au-delà du coté, formation, vous avez été un moment très marquant pou Yann et moi, vous êtes de merveilleuses personnes, Noé a de la chance de vous avoir, et nous sommes partis le cœur léger en sachant que vous êtes maintenant pourvus d’un système de soins avec des acteurs formés, prêt à, en mesure de...


MERCI












Comments


bottom of page